Compagnie des mines d'Anzin

De HP@2
Aller à : navigation, rechercher

HPa-question.png

Cette page est en attente de contributions... (ou simplement de relecture)

Si vous souhaitez apporter votre contribution à cet article, ou faire une demande de création de compte,

contactez mailto:hainautpedia@vallibre.fr, ou également sur facebook


Au début du 18ème siècle, une poignée d’hommes obstinés s’associent et mobilisent d’énormes capitaux dans le but de découvrir du charbon dans la partie française du Hainaut. Ce groupe est constitué de Jean-Jacques Désandrouin, Pierre Désandrouin (son frère), Nicolas Desaubois, Pierre Taffin et Jacques Richard. Ils font appel à un spécialiste, Jacques Mathieu qui dirigeait les mines de Gédéon Désandrouin (le père de J-Jacques et Pierre) dans la région de Charleroi. Les recherches s’effectuent dans un secteur compris entre les villes de Condé et de Valenciennes.

Les tentatives sont nombreuses, infructueuses et coûteuses, pendant plusieurs années.


Après 18 mois d’efforts au puits qui s’appellera plus tard Cliquez! fosse Jeanne Colard Cliquez! sur la commune de Fresnes-sur-Escaut, Jacques Mathieu découvre, le 3 février 1720, à 100 mètres de profondeur, une veine de charbon maigre. D’autres puits sont creusés mais le charbon est de piètre qualité. L’extraction n’est pas toujours aisée et parfois l’eau envahit les installations souterraines. Les affaires sont ruineuses et plusieurs sociétés sont créées tour à tour.

La Compagnie Désandrouin-Taffin connaît le succès avec la découverte d’un charbon gras de très bonne qualité, le 24 juin 1734.

À la fosse du Pavé, sur la commune d’Anzin, à 73 mètres de profondeur, Pierre Mathieu (le fils de Jacques) et ses hommes viennent d’atteindre la veine « Grande Droiteuse ». L’extraction charbonnière apparaissant maintenant rentable, des convoitises naissent, des sociétés concurrentes sont créées et des procès sont intentés par les propriétaires des terrains.

En 1757, les diverses exploitations fusionnent pour former la Compagnie des Mines d’Anzin, qui devient l’une des premières grandes sociétés industrielles de France.

Carte des concessions de la Compagnie des mines d'Anzin, en janvier 1883.

Les principales fosses

Le chemin de fer

La Compagnie des Mines d’Anzin construit en France l’un des premiers réseaux ferrés. Destiné avant tout à l’acheminement du charbon depuis les mines vers les lavoirs, on y voit rapidement apparaître des trains affectés au transport du personnel et des employés. Il est ainsi le premier réseau ferré à voie large (dite « normale) affecté au transport des voyageurs.


La ligne Somain Peruwelz 
est l’épine dorsale de cet important réseau où se connectent de nombreuses voies reliant les fosses et installations minières.

La ligne, d'une quarantaine de kilomètres, desservait d'importants centres miniers de la région de Valenciennes. Ce chemin de fer est aujourd'hui disparu. Le service voyageur s'y est arrêté en 1963. La portion de Péruwelz à la gare de Vieux-Condé a été démantelée totalement en 1975, et le trafic marchandises le 17 novembre 1986.

Les trains de voyageurs desservaient les gares de : Somain, Abscon, Escaudain, Denain, Hérin, Saint-Waast, Anzin, Bruay-sur-l'Escaut, Thiers, Escautpont, Fresnes-sur-Escaut, Condé-sur-Escaut, Vieux-Condé et Péruwelz. Les enfants des mineurs, de la compagnie des mines d'Anzin, pour se rendre à Valenciennes, dans les établissements scolaires du secondaire, bénéficiaient de la gratuité du transport. À cette époque, aux chemins de fer, les trois classes coexistaient encore.

Les trains de voyageurs

Deux trains 130 Mogul assuraient leurs déplacements, ils partaient tous deux de chaque extrémités de la ligne ( Somain et Péruwelz) et se croisaient à Anzin. Ils se composaient d'un fourgon à bagages, de 2 voitures de troisième classe, une voiture de seconde classe et une de première classe réservée aux chefs qui avaient une carte spéciale et, pour finir, deux voitures de troisième classe et un fourgon à bagage en queue.

Ouverture des tronçons

  • Denain - St Waast-la-Haut, 8 km ouvert en 1838,
  • Abscon – Denain, 6 km ouvert en 1839,
  • St Waast-la-Haut – Anzin, 1 km ouvert en 1842,
  • Somain - Abscon , 4 km ouvert en 1848,
  • Anzin - Vieux-Condé en passant par Bruay-sur-l'Escaut, Escautpon, Fresnes-sur-l'Escaut, Condé-sur-l'Escaut, 13 km ouvert en 1874,
  • Vieux-Condé-gare de Péruwelz, 8 km ouvert en 1874.

Fermeture des tronçons

  • Denain - St Waast-la-Haut, fermé en 1838,
  • Abscon – Denain, fermé en 1986,
  • St Waast-la-Haut – Anzin, fermé en 1989
  • Somain - Abscon , fermé en 1981
  • Anzin – Vieux-Condé, fermé en 1989
  • Vieux-Condé – gare de Péruwelz, fermé en 1973


Les compagnies minières sont nationalisées à la fin de la seconde guerre mondiale. L’ordonnance du 13 Décembre 1944 institue les [[Houillères Nationales du Nord et du Pas de Calais]], et la loi du 17 Mai 1946 crée les Houillères du Bassin du Nord et du Pas de Calais (H.B.N.P.C.). Le bassin minier, d’une superficie de 1150 km2 est subdivisé en 9 groupes : Valenciennes, Douai, Hénin-Liétard, Oignies, Liévin, Lens, Béthune, Bruay, Auchel. L’exploitation y est partout difficile. Les veines exploitées présentent des variations d’épaisseur considérables.

À partir de 1955, un vaste programme de modernisation et de restructuration est entrepris. Déjà, les unités non rentables sont fermées.

Recyclage de la ligne

En 1998, après le démontage des voies, la ligne fut transformée en chemin de promenade recouverte de cailloux blancs jusque la frontière belge, la drève des Gueules Noires, promenade Sainte Pharaïlde à Bruay sur Escaut. A partir de cette frontière jusque la gare de Péruwelz, la ligne SNCB n° L92 fut transformée en RAVel c'est à dire en chemin cyclo-piétonnier de 2,1 km recouverte de plaques de briques pilées. De Anzin à Denain, elle sert de ligne de tramway.

Voir aussi