La Rhonelle

De HP@2
Aller à : navigation, rechercher

Valenciennes est fille de l’Escaut et de la Rhonelle, c’est gravé au-dessus de la façade de la Mairie.

Voir en plein écran

Bref résumé avant Valenciennes

À l’origine, un simple ruisseau sort de terre dans la Forêt de Mormal, véritable « château d’eau » situé entre la vallée de la Sambre et celle de l’Escaut.

Le terrain est favorable, mais en plus les arbres assurent la transmission entre les pluies et le sol.

La Forêt de Mormal est actuellement limitée par la route départementale 932, qui épouse le tracé de la Chaussée Brunehaut Saint-Quentin-Bavay. Au-delà, la Rhonelle circulera dans des zones très peu boisées, recevant quelques ruisseaux affluents. À noter qu’à Villers-Pol, elle reçoit sur sa « rive gauche » le Ruisseau de l’Ange par lequel s’évacuent les eaux des étangs des remparts du Quesnoy, elles-mêmes issues (par la main de l’homme) de l’Écaillon à sa sortie de la Forêt de Mormal.

Entre Famars et Préseau, la Rhonelle reçoit le ruisseau de Saméon, c’est son dernier affluent d’importance.

Après qu’elle ait été légèrement déplacée pour construire l’Autoroute A2/E19[1], elle entre sur le territoire de Marly et à la sortie du quartier Nungesser de Valenciennes, c’est le jardin public dit de la Rhonelle, puis une circulation élaborée dans Valenciennes !

[1] le cours de la rivière et sa nappe alluviale (la partie du sous-sol qui participe à l’écoulement des eaux) sont constamment surveillés lors de son passage sous l’autoroute... Un adage dit que l'eau repasse toujours par où elle est passée une première fois!


Une rivière « dynamique »

D’abord, la pente entre sa source et Valenciennes est plus forte (cinq pour mille) que celle de l’Escaut. De plus, le débit est conséquent au point que la rivière fait l’objet d’un plan relatif aux plaines inondables ! Certaines recherches historiques indiquent que le débit dépassait celui de l’Escaut naturel, du temps où des arbres[2] poussaient en continuité de Valenciennes à la Forêt de Mormal.

[2]on ne répètera jamais assez le rôle de réserve d’eau que les arbres jouent! en moyenne de une à deux mètres-cube d'eau! Heureusement les partenaires de décisions en ont pris conscience

De nombreuses études ont été menées entre Préseau et Valenciennes pour éventuellement construire des réservoirs pour retenir une partie des eaux de crue… Compte-tenu des impacts négatifs, c’est plutôt la solution de rendre une partie des terres voisines inondables qui est retenue ; cette solution est très efficace pour le Rhin quand il arrive en Alsace.

Un confluent plusieurs fois remanié avec l’Escaut

Nous avons quitté la Rhonelle à la sortie de l’actuel jardin de la Rhonelle de Valenciennes. Les valenciennois ont su utiliser sa puissance de quatre façons au moins :

  • lorsqu’il fut question de canaliser l’Escaut pour échanger avec les Pays-Bas, l’apport dynamique des eaux de la Rhonelle a été très utile
  • Valenciennes a été bâti dans un décor de marais à eaux stagnantes, tant la pente de l’Escaut naturel est faible ; les eaux copieuses de la Rhonelle permettaient (et permettent toujours), par un effet « chasse d’eau », de nettoyer plusieurs bras de l’Escaut circulant dans et, actuellement, sous la ville
  • quand les valenciennois ont construit des fortifications, les eaux de la Rhonelle ont « participé » aux eaux des fossés
  • pour limiter les effets d’inondation, une dérivation fut creusée entre les actuels carrefour de Romainville et place Cardon, pour étaler les eaux excessives dans le marais de l’Epaix. Cette idée a été reprise lors de la construction des remparts de Valenciennes: l'eau dérivée a servi pour le fossé menant de l'actuelle Cliquez! tour de la Dodenne Cliquez! à l'actuel hippodrome... tellement pertinente qu'à la destruction des remparts cette partie de fossé a été canalisée dans un immense tunnel passant sous le Lycée Watteau et la Place Poterne jusqu'au cours d'eau "sortant" les eaux du Vieil Escaut et de la Rhonelle "d'en ville" !


La Rhonelle et les fortifications de Valenciennes

La Rhonelle a été guidée vers les fortifications sous une tour dite de la Dodenne à partir de laquelle ses eaux ont été et sont toujours réparties dans le territoire valenciennois avant d’être évacuées par l’Escaut primitif surnommé Vieil Escaut.

Globalement une partie des eaux a été guidée sous la ville pour aboutir au sous-sol de la place du Commerce et s’y jeter dans un bras de l’Escaut, lequel rejoint le Vieil Escaut près de « l’Hôpital Général »

Le reste a été évacué par les fossés vers l’actuelle place Poterne pour aboutir dans le Vieil Escaut.


La Rhonelle à la destruction des fortifications de Valenciennes

Pour des raisons « de mémoire historique » et surtout de régulation, la tour de la Dodenne a été maintenue, ainsi que les cours d’eau menant à la place du Commerce. Un gigantesque tunnel par contre a été creusé globalement en dessous des boulevards Watteau, Pater et Eisen pour fixer la sortie des eaux dans le Vieil Escaut ; ce tunnel , ainsi que des tunnels voisins comme sous le lycée Watteau, est contrôlé et visité par des chercheurs en Histoire.


La Rhonelle à la réinstallation du tramway valenciennois

Lors de la réinstallation du tramway , le Centre-ville a été remanié en tenant compte de l’aspect sécurité des sous-sols. Sans être un torrent alpin, le flux des eaux de la Rhonelle est parfois excessivement inondant : depuis son élaboration à la fin du XIXè siècle, le jardin de la Rhonelle a pu être submergé.


Concrètement à partir de la Tour de la Dodenne

Une partie importante des eaux quitte la Cliquez! Tour de la Dodenne Cliquez! ; elle est visible sous deux ponts de la rue du Petit Fossart, puis de la rue du 22 septembre près de la place du Pont Delsaux.

Une partie longe les dessous de la rue de Famars pour rejoindre la place d’Armes.

Une autre ,importante*, rejoint les ruisseaux souterrains des Petit- et Grand-Bruille** pour passer sous l’Esplanade et le Boulevard Beauneveu et rejoindre le Parc de la Citadelle, proche du parking Lacuzon , et se jeter surtout dans le Bras de Décharge de l’Escaut. '[3]on a pu voir des composés de « tuyaux » de béton d’une belle hauteur ! [4]qui étaient des petits ruisseaux qui partaient du Parc de la Citadelle ; les travaux récents ont en fait inversé leurs cours'

En cas de crue de la Rhonelle à son entrée dans Valenciennes, les surplus sont guidés vers le Bras de Décharge, de grande capacité.

Le reste reprend le cours du ruisseau Petit Fossart et les tunnels cités plus haut près des boulevards Watteau, Pater et Eisen. Il représente en fait le grand essentiel du débit du Vieil Escaut du collège Eisen à Saint-Saulve où il se jette dans l’Escaut canalisé.

Le trajet 
http://www.openstreetmap.org/relation/6623637