Hôtel de ville de Valenciennes

De HP@2
Aller à : navigation, rechercher
Façade de l'Hôtel de ville de Valenciennes


Pour s'y rendre openstreetmap

L’Hôtel de Ville est localisé au centre de la vie communautaire Valenciennoise, sur la place d’Armes et ceux depuis le XIIIème siècle (depuis que les dimensions de la cité sont à peu près fixes).

En 1257, un premier incendie détruisit une bâtisse, sans doute destiné à la maison communale.

En 1277, fut reconstruit une maison destinée à accueillir les échevins, il durera jusqu’en 1385. Par la suite, plusieurs modifications seront réalisées notamment après un second incendie en 1491 et l’écroulement d’une partie en 1532. D’aspect gothique, elle était ornée de nombreuses sculptures, les statues de Notre-Dame, Saint-Saulve et Saint-Gilles (patron de la ville) et y avaient été placées en 1592.

Chapelle Saint-Pierre, halle basse, maison échevinale et halle au blé, Valenciennes, 1650

En 1611, le magistrat de la ville décida la reconstruction du bâtiment et les plans furent fournis par un maître maçon Anversois François Van Paesche.

En 1677, la façade du bâtiment est reconstruite en intégralité et s’inspire dorénavant du style architectural Renaissance Flamande qu’on tentera de conserver avec une nouvelle restauration en 1772.

En 1825, la chapelle Saint-Pierre disparu, ce qui permettait à l’Hôtel de Ville d’agrandir sa façade. Le perron à double rampe qui donnait accès à l’étage, fut remplacé par une sorte de balcon soutenu par des piliers de grès.

En 1838, la façade sera restaurée surtout pour ses sculptures.

En 1846, un campanile avec un cadran et une cloche indiquant les heures sera placé pour remplacer le beffroi disparu.

L’architecte Jules-Louis Batigny réalisera la nouvelle façade reconstruite entre 1867 et 1870. Certains détails rappellent la façade antérieure à 1328, comme la restitution des meneaux. La sculpture réalisée par Jean-Baptiste Carpeaux surmontera le sommet de l’hôtel de ville, faisant office de fronton. Celle-ci représente la statue au sommet signifiant « Valenciennes défendant la patrie » d’où la devise de la ville « Valenciennes a bien mérité de la patrie » d’ailleurs gravée sur le fronton de l’hôtel de ville, en référence au siège des Autrichiens en 1793. Deux sculptures sont représentées de part et d’autre de l’horloge, celle de gauche personnifie l’Escaut et celle de droite la Rhonelle, elles ont été réalisées par Henri Lemaire. À l’antiquité, les cours d’eau étaient représentés par des dieux et déesses.

En mai 1940, l’incendie détruisit la majeur partie du bâtiment, qui par miracle garda la presque totalité de sa façade. Seul, la cloche et l’œuvre de Carpeaux churent. Meurtrie, elle a été conservée, puis restaurée en 1958 et le reste du bâti sera reconstruit de manière très contemporaine. L’œuvre de Carpeaux sera reproduite à l’identique selon la maquette originale par Albert Patrisse. L’horloge et la cloche ont également repris place.

Le 26 septembre 1959, Pierre Carous inaugure le nouvel Hôtel de Ville en présence du Général De Gaulle, alors Président de la République. Pierre Carous était alors vice-président du Sénat.

À proximité

Le Cliquez! Beffroi de Valenciennes Cliquez! -- la Cliquez! Maison espagnole Cliquez!


Contribution dérivée du site CSPV