Jean Dauby

De HP@2
Révision de 24 janvier 2017 à 22:39 par Admin (discussion | contributions) (6 révisions importées)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

né à Aulnoy-lez-Valenciennes en 1919, mort le 24 janvier 1997, à Famars), est un poète du Valenciennois.

Il a été particulièrement marqué par l’épreuve des camps de prisonniers durant la seconde guerre mondiale, ce que l'on peut détecter à travers ses principaux recueils, Les Écrasés (1968), Je te dirai l’homme (1977), Psaumes pour la nuit qui vient (1993). Prônant une poésie populaire, accessible à tous, il écrit des poèmes « à dire, à crier » mais aussi « à chanter, à jouer » (Les Papipoètes, 1975).

Jean Dauby fut, jusqu'à sa mort, l’animateur du Centre Froissart qu’il fonde en 1967 ainsi que le rédacteur exigeant, au ton libre et personnel, de la revue poétique Froissart.

Instituteur, professeur, journaliste, Jean Dauby a mis aussi son talent au service du patrimoine valenciennois. Il a ainsi fréquemment présenté des visites commentées des collections du Musée des Beaux-Arts de Valenciennes.

Historien de la langue picarde, spécialiste du « rouchi » de Valenciennes (Le Livre du rouchi, 1979), il fit redécouvrir les œuvres du poète-mineur Jules Mousseron, celles de Georges Fidit ou de Séraphin Jurion.

Peu après sa mort, la famille de Jean Dauby fit don à la bibliothèque de Valenciennes des papiers et de sa bibliothèque. Ce sont au total plus de 2000 recueils de poésies, souvent dédicacés, et plusieurs mètres linéaires de manuscrits, de dossiers de recherches, de correspondance et d’archives qui forment aujourd’hui le « fonds Dauby » de la bibliothèque municipale.

Ouvrages publiés

  • Valenciennes avant la France (1977, auto-édition)
  • Divers chœurs pour le mouvement « A Cœur Joie »
  • Études publiées dans la revue Nord' : n°4 (1985), Jules Mousseron, poète-mineur ; n°9 (1987), Où est l'originalité du conteur Charles Deulin ?.
  • Préfaces, études et notes de lecture pour les revues Valentiana, Parterre Verbal et Froissart (entre 1967 et 1997)

Poésie

  • Les Écrasés, poèmes, illustrations de Maxime Bacro (1968, éd. Froissart)
  • Le Livre de Chant des Tout Petits, Tome 1 : 10 textes de chansons de César Geoffray (1968, éd. Duculot, Gembloux, B)
  • Le Livre de Chant des Tout Petits, Tome 2 : 30 textes de chansons de César Geoffray (1969, éd. Duculot, Gembloux, B)
  • Les Papipoètes, dix entrées de clowns (1975, éd. Centre Froissart, n°7)
  • Je te dirai l'homme, poèmes (1977, éd. Centre Froissart, n°28)
  • Portrait robot, poèmes et chansons (1986, éd. Centre Froissart, n°100)
  • Psaumes pour la nuit qui vient, poèmes (1993, éd. Centre Froissart)

Langue picarde

  • Lexique rouchi-français suivi de Au long d'un an (poèmes), (1968, Société de Linguistique Picarde, Amiens)
  • Tout Cafougnette, réédition commentée des textes de Jules Mousseron (1974, auto-édition)
  • A l'fosse : la mine et les mineurs, réédition commentée (1975, auto-édition)
  • A l'ducasse : la joie de vivre de Jules Mousseron, réédition commentée (1976)
  • Le Livre du "rouchi", parler picard de Valenciennes (1979, Société de Linguistique Picarde, Amiens)
  • Les sentences du coq de Séraphin Jurion, par Jean Dauby et Maurice Durieux (1981, Société de Linguistique Picarde, Amiens)
  • Complément au Livre du "rouchi"... (1983, Société de Linguistique Picarde)
  • L'année dé l'bière, textes des bulles de la B.D.(1986, Les Archers, Bruxelles)
  • Études publiées dans la revue Linguistique picarde : n°30, Le personnage de Cafougnette dans l'œuvre de Jules Mousseron ; n°60, Georges Fidit, poète oublié ; n°76, Charles Deulin, un picard qui se croyait flamand ; n°78, Glossaire des termes régionaux dans l'œuvre de Charles Deulin.
  • Études publiées dans Mineurs de fond d'Augustin Viseux (éd. Plon, collection Terre des hommes) : Les parlers picards ; Les poètes de la mine.

Source