Notre-Dame La Grande

De HP@2
Aller à : navigation, rechercher
SLB-1798.jpg
SLB-1802.jpg
Valenciennes-Notre-Dame-la-Grande.png

En 1650 Valenciennes honorait la Vierge sous de multiples vocables. Mais l'édifice principal de ce culte était la collégiale Notre-Dame-la-Grande, gardienne de la châsse du Saint-Cordon et surintendante de la procession circulaire commémorant chaque année le miracle de 1008 au cours duquel la Vierge protégea la ville de la peste. Édifiée à partir du XIIe siècle, la collégiale était l'un des chefs-d'œuvre du premier art gothique du nord de la France. Elle fut détruite pendant la Révolution.

L'image de Cliquez! Simon Le Boucq Cliquez! montre la façade occidentale de l'édifice. L'on aperçoit la tour-lanterne qui coiffait la croisée. Deux autres tours se logeaient entre les chapelles orientales du transept et le collatéral du sanctuaire, mais seule celle du nord a été menée à terme et est donc visible sur l'image. L'édifice était voûté d'ogives et les arcs-boutants qui les épaulaient figurent parmi les premiers qui aient été réalisés.

Comme tous les grands édifices du premier art gothique du nord de la France, la collégiale Notre-Dame-la-Grande comprenait quatre niveaux, des tribunes et un triforium s'insérant entre les grandes arcades et les fenêtres hautes. D'après l'image de Simon Le Boucq, les grandes arcades étaient fortement brisées et elles retombaient sur des piles formées d'un faisceau de colonnettes.

SLB-1799.jpg


Le jubé de la collégiale Notre-Dame-la-Grande a été commandé au sculpteur Adam Lottman (1585-1663) par l'abbé d'Hasnon, l'église valenciennoise étant un prieuré de cette abbaye bénédictine proche de Valenciennes. L'ouvrage devait, selon les clauses du contrat, s'inspirer de celui que Lottman avait réalisé pour l'abbatiale Saint-Bertin à Saint-Omer. Détruit pendant la Révolution, ce jubé considéré comme le chef-d'œuvre de Lottman n'est plus connu que par les représentations que nous en a transmis Simon Le Boucq.

Le décor du jubé valenciennois rappelle l'histoire miraculeuse du Saint-Cordon de Valenciennes ainsi que le martyre de Pierre et Marcellin, patrons de l'abbaye d'Hasnon. Il s'inspire aussi du décor des catacombes de Rome récemment découvertes.

Église Notre-Dame-la-Grande, Valenciennes. Le candélabre du choeur, 1650