Louis Petit

De HP@2
Aller à : navigation, rechercher

HPa-question.png

Cette page est en attente de contributions... (ou simplement de relecture)

Si vous souhaitez apporter votre contribution à cet article, ou faire une demande de création de compte,

contactez mailto:hainautpedia@vallibre.fr, ou également sur facebook


Né le 7 novembre 1914 à Banteux.

Employé à la Société des hauts fourneaux, forge et aciérie de Denain (USINOR) au service comptabilité. Il est capitaine de l’équipe de football du Denain Athlétique. Il accomplit son service militaire d’octobre 1934 à octobre 1937.

En août 1939, il est rappelé sous les drapeaux et participe à la bataille de France de mai-juin 1940.

Dès son retour, il entre dans la résistance et participe activement à la lutte contre l’occupant : distribution de tracts, de journaux clandestins et sabotages d’installations militaires allemandes.

Il est en relation avec d’autres groupes, en particulier celui de Félicien Joly, arrêté le 18 septembre 1941 et fusillé le 16 novembre de la même année. Louis lui succède à la Direction Départementale des Jeunesses Communistes et entre dans la clandestinité sous le nom de «Félicien».

Le 29 avril 1942, une réunion se déroule à La Madeleine chez Yvonne Abbas, agent de liaison. C’est là que Louis Petit est arrêté ainsi qu’Yvonne Abbas et Jean Bracq. Peu de temps auparavant, un camarade avait été arrêté et avait avoué sous la torture. Conduit à la prison de Valenciennes, Louis est ensuite dirigé vers celle de Cuincy avant d’être incarcéré à Loos.

Il est condamné à mort le 5 juin par le tribunal allemand de Bruxelles et fusillé le 1er juillet 1942, à l’âge de 27 ans, au Fort du Vert Galant, avec cinq camarades : Jean Bracq, Charles Gawlowicz, Florin Lehembre, Alexandre Bouchat et Florent Debbels, le mari d’Yvonne Abbas.

Hommage

La _rue Louis Petit_ (anciennement rue de Lourches) à Denain porte son nom.

Source

À lire dans vdn Wambrechies : Louis Petit disait avoir pardonné à ceux qui l’ont fait arrêter