Terril Audiffret : Différence entre versions

De HP@2
Aller à : navigation, rechercher
m
Ligne 40 : Ligne 40 :
 
Tous ces terrils ont disparus. Seul celui d’Audiffret a été épargné.
 
Tous ces terrils ont disparus. Seul celui d’Audiffret a été épargné.
  
 +
== Pour en savoir plus ==
 +
[http://www.chainedesterrils.eu/PDFTerrils/fiche%20terril%20153.pdf| La chaine des terrils]
 
----
 
----
  
 
[[Catégorie:Commune de Escaudain]] [[Catégorie:les terrils du Valenciennois]]
 
[[Catégorie:Commune de Escaudain]] [[Catégorie:les terrils du Valenciennois]]

Version du 31 octobre 2013 à 14:38

Terril Audiffret
Terril Audiffret--février 2013
Commune 
Escaudain
Numéro 
N° 153
Début d'élévation 
[[:Catégorie:{{{debut}}}|{{{debut}}}]]

[[Catégorie:{{{debut}}}]]

Fin d'élévation 
[[:Catégorie:{{{fin}}}|{{{fin}}}]]

[[Catégorie:{{{fin}}}]]

Hauteur 
Hauteur
Diamètre à la base 
{{{diametre}}}
Forme 
Conique
Classement 
Patrimoine mondial de L'UNESCO, site N°19


Pour s'y rendre openstreetmap

Le terril d'Audiffret

En 1880, la Compagnie des Mines d'Anzin entreprit des sondages miniers à Escaudain. Ceux-ci s’avérant positifs, il fut décidé de créer un puits de mines. C'est ainsi que la fosse Audiffret-Pasquier fut construite quelques années plus tard, en 1884.

L’extraction de la houille eut pour conséquence l’édification de deux terrils pour y stocker les stériles remontés de la terre. Eh oui ! Même si nous avons l'impression qu'aujourd'hui, un seul terril a toujours existé à cet endroit, il faut savoir qu'il avait un jumeau. L'un des deux a été exploité et arasé dans les années 60. L'exploitant, souhaitant poursuivre son activité commerciale avec le second terril, des personnes se mobilisèrent pour le sauvegarder.

Témoin d'un glorieux passé industriel, le terril d’Audiffret fut donc épargné des convoitises affairistes. Plus de 100 ans après, toujours aussi majestueux, il reste intact et le restera définitivement, car il a été classé en 2012, au Patrimoine de l’UNESCO. Si l’avènement de l’ère industrielle a amélioré le niveau économique et social de toute une région, l’exploitation du charbon a engendré aussi beaucoup d'afflictions...

En effet, les conditions de travail dans les mines étaient rudes, parfois insupportables et la sécurité n'était pas un souci prioritaire pour les Compagnies minières... Des travailleurs ont payé un lourd tribut : certains ont laissé leur vie au fond de la mine, d'autres sont décédés prématurément, endurant d'affreuses souffrances occasionnées par la silicose… Quand on regarde le terril, on ne s’imagine pas l’enfer de la mine…

Le terril d'Audiffret-Pasquier, communément appelé Audiffret, mesure 65 mètres de haut. Son nom tient au fait qu'un des administrateurs de la Compagnie Minière d'Anzin était Duc. Le Duc Audiffret-Pasquier.

Situé dans une zone naturelle, il est au cœur d’un espace maintenant préservé. Il fait désormais partie du patrimoine Escaudinois.

Sur la commune d’Escaudain, le site de la Chaîne des Terrils en recense au total 5, repris sous les références 149, 149a, 152, 153 et 161.

Le 149 est le terril de Saint Mark Sud édifié en 1830. Le 149a correspond à l'autre terril de Saint-Mark édifié à la même époque. Le 152 est le terril d'Audiffret Nord édifié en 1884, le 153 correspondant à celui du Sud (son jumeau), édifié également en 1884.

Enfin, le 161 était appelé le terril de Roeulx. Édifié en 1858, il était situé sur la commune d'Escaudain.

Tous ces terrils ont disparus. Seul celui d’Audiffret a été épargné.

Pour en savoir plus

La chaine des terrils