Rue Lomprez

De HP@2
Révision de 25 janvier 2017 à 00:03 par Admin (discussion | contributions) (13 révisions importées)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Rue

Un nom emblématique

Si l’on s’en tient à l’après 1945, la rue Lomprez commence à partir de l’avenue de Denain; en provenance du célèbre carrefour de la Pyramide, c’est à droite juste après le grand garage. Si l’on prend une carte du XXè siècle, après 500 mètres, cette voie prend une direction parallèle à l’avenue de Denain pour bientôt atteindre le centre de La Sentinelle où elle change de nom; elle dessert le cimetière de La Sentinelle, puis aboutit à une ferme où la couverture laisse la place à un chemin « naturel ».

Lequel traverse de longs prés et champs, puis la route d’Hérin à Prouvy. La descente se poursuit jusque la route de Rouvignies à Wavrechain et Denain.[1] Sur une très vieille carte, des traces de chemin se poursuivent jusque Haulchin et Douchy.

La deuxième moitié du XXè siècle

En revenant de Wavrechain, le chemin est transformé en une voie industrielle aboutissant à une zone de garage pour transports routiers. Le chemin restant dessert toujours la ferme évoquée plus haut et le cimetière. La jonction de l’autoroute A23 [2] à l’autoroute A2/E19[3] détourne les promeneurs, mais du carrefour de la Poste de La Sentinelle la route reprend « à l’ancienne » .

Sur le territoire valenciennois, le secteur nommé « Chasse Royale » ; on y trouve une série d’habitats collectifs à étages surnommés « les blocs » ; entre ces bâtiments, des jardins collectifs. Le mode de vie a changé ; si des générations de populations à revenus modestes y ont habité, une nécessaire « remise à plat » est en cours [4]. Pour éviter les excès de vitesse et renforcer l’aspect convivial, la rue perdra son caractère de ruban droit de bitume.

Le collège et les bâtiments sportifs associés sont en perpétuelle mutation ; ainsi à la salle « purement » sportive est associée à une salle plus culturelle.

En poursuivant vers l’avenue de Denain, on rencontre une sympathique série de maisons-doubles, nommée « la Cité Castors ». Pas de raison zoologique : c’est parce que les initiateurs-constructeurs ont construit leurs logis de manière autonome, en dehors des entreprises de constriction usuelles. Sur leur arrière, ces maisons offraient à l’origine une vue sur de grandes prairies qui entouraient la « ferme Zabiaux » (du nom de la génération d'agriculteurs-éleveurs qui la possédaient) offraient, à cheval sur le Quartier de Saint-Waast et celui de la Pyramide. Des chemins à statuts semi-privé/semi-public joignaient tous ces quartiers ; ils ont longtemps été en terre battue ; quand les enfants allaient dans les écoles de St-Waast, il leur arrivait d’être portés par des pompiers en cas de boue de neige !!!

Au début des « années Glorieuses », après la rencontre avec les « chemins Zabiaux », la rue Lomprez séparait une rangée de maisons d’une série de jardins protégés par des haies hautes. A l’issue, un STOP qu’il valait mieux respecter : la RN29 vers Cambrai et la ligne Blanc-Misseron–Lourches de tramway et leurs trafics importants attendaient les récalcitrants !

Transformation lors des « années Glorieuses »

Comme le précise la note[2], la circulation a explosé et il fallait entre/sortir de Valenciennes à plus haut débit sans gêner les villes périphériques! Le caractère peu habité de la zone géographique à la sortie de la Forêt de Wallers/Raismes/St Amand a incité un développement routier et urbain du secteur Lomprez.

La voie rapide « Valenciennes-Lille » a été accrochée à la rue Lomprez à la place des ferme et prairies « Zabiaux ». Un rond-point en « ballon de rugby » devait être un carrefour stratégique. Une voie devait en partir en passant par le coteau de l’actuelle résidence « le Vignoble » alors vide !

Quelques soubresauts et crises financièr(e)s plus tard, il a été décidé de faire entrer la circulation « lilloise » par la portion terminale de la rue Lomprez élargie à quatre voies.

Des projets massifs se sont accumulés en fonction de … ce qui restait accessible ! Ainsi :

  • le « Domaine de la Plaine », vaste zone immobilière par maisons individuelles sur l’arrière-prairie « Zabiaux »,
  • le collège à la Chasse Royale.
  • élément tout bête : la mise en conformité du rond-point à la législation des ronds-points, rétrécissant les sorties, provoquant des bouchons...
  • le secteur n'a pas vu l’implantation du premier hyper-marché de Valenciennes (un Auchan envisagé à la place de l'actuel garage Renault)!

L’avenir ?

Des problèmes sont arrivés suite à une accumulation d’excès de comportements automobilistes ! Une série de réunions et une mobilisation de fonds du Conseil Général vont étendre les zones ANRU ; lesquelles qui vont nécessiter des ralentissements dont le quartier espère que la circulation routière sera fluidifiée. Le rond-point « Cuveillier » va être subdivisé, avec une distinction plus différenciée des sorties/entrées. Bref, une rue qui n’a pas fini de terminer son évolution !

À proximité

Notes

[1] à l’endroit dit de la « Prise d’Eau » ; le locomotive du tramway à vapeur Denain-Valenciennes pouvait y reprendre de l’eau avant de grimper la dénivellation de Rouvignies

[2] Valenciennes-Lille, après une gestation difficile, vu son caractère financier purement public ! Cela a commencé par une déviation « Anzin-Raismes » pour délester ces deux villes du trafic vers Tournai et Lille ; sous n°RN45, elle rejoignait la simple route de Raismes-Vicoigne à Hasnon. De Lille à Orchies, une C27 à statut autoroutier a été prolongé jusque la forêt de Wallers/Raismes/St Amand. L’avant- dernière étape a été la jonction à l’autoroute A2 sur les territoires de La Sentinelle et Trith

[3] [Paris-](Combles)-Saint-Aybert-[Bruxelles], E19 en Belgique ,dont le premier tracé était prévu à partir de Denain jusque l’actuelle voie-rapide Valenciennes-Erquelinnes en direction de Charleroi (entrée RN54… 17 km seulement manquent…)

[4] dans le cadre des réhabilitations « ANRU /Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine », initiées par Jean-Louis Borloo ancien ministre et ancien député-maire de Valenciennes