Marius Damien

De HP@2
Révision de 24 janvier 2017 à 21:31 par Admin (discussion | contributions) (7 révisions importées)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

HPa-question.png

Cette page est en attente de contributions... (ou simplement de relecture)

Si vous souhaitez apporter votre contribution à cet article, ou faire une demande de création de compte,

contactez mailto:hainautpedia@vallibre.fr, ou également sur facebook


Après avoir fait ses armes au 109e régiment de Chars, puis au 39e régiment d’infanterie, entre 1927 et 1932, le militaire natif de Vieux-Condé intègre la gendarmerie. D’abord l’escadron de Vouziers, de 1933 à 1938, puis celui de Béthune.

Durant la campagne 1939-1940, il reçoit l’ordre de rejoindre la brigade de Saint-Junie, en Haute-Vienne, puis celle de Seillac, en Corrèze. Ce n’est qu’en fin d’année 1941 qu’il sera réaffecté dans le Nord - Pas-de-Calais, au sein des brigades de Saint-Waast-la-Vallée puis de Bavay.

« Dans ces deux unités, il fait preuve d’un esprit patriotique exemplaire en participant à des activités clandestines », souligne le chef d’escadron Walenski, à la tête de la compagnie de gendarmerie de Valenciennes. Son engagement contre l’occupation ennemie l’amènera d’ailleurs à être arrêté une 1ère fois en février 43, avec huit autres gendarmes. Il restera 45 jours à la prison de Loos, avant d’être affecté à la brigade de Denain. « Il y poursuit sa lutte clandestine, relate le commandant Walenski. Il milite notamment au sein du mouvement de résistance La Voix du Nord, avant d’être arrêté une seconde fois par les Allemands. »

Un jour qui restera gravé à jamais dans la mémoire de son fils, William Damien. « C’était le samedi 26 août 1944, Rue Lazarre-Bernard à Denain, se souvient ce dernier, aujourd’hui âgé de 80 ans. Je l’ai revu le 27 au matin pour la dernière fois. Il partait pour la commandature de Valenciennes. Puis ils l’ont amené à la prison de Loos. Et le 1er septembre, il est parti en train au camp de concentration d’Oranienburg, avant d’être transféré à celui de Neuengamme. »

Le 5 décembre 1947, il sera ensuite déclaré « mort pour la France » . Avant de se voir décerné, à titre posthume, la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile d’argent pour le motif suivant : « c’était un résistant animé d’une belle foi patriotique qui a pris une part active à la lutte clandestine durant l’occupation ennemie, rappelle le commandant Walenski. Arrêté puis déporté, il est mort glorieusement pour son pays, après avoir supporté très courageusement les plus dures épreuves. Il est d’ailleurs titulaire de la médaille de la résistance. »

Hommages

  • Titulaire de la croix de guerre 1939-1945 avec étoile d’argent
  • Titulaire de la médaille de la résistance.
Sources 

À lire dans vdn Le gendarme Damien mis à l’honneur par ses frères d’armes