Le fort de Beurnonville

De HP@2
Révision de 24 janvier 2017 à 22:31 par Admin (discussion | contributions) (14 révisions importées)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher


Pour s'y rendre openstreetmap
Façade du fort
Bloc observatoire

Extension de la ligne Maginot, le Fort de Beurnonville (du nom d'un maréchal de France) domine les plaines de l'Escaut et de la Scarpe du haut du Mont de Ligne, nom du prince de Ligne propriétaire de l'époque, il protégeait la route de Tournai. Il fut construit sur l'emplacement d'un camps fortifié qu'a occupé le général Dumouriez en 1792 face aux autrichiens.

Il sera déclassé en 1889 après la crise de l'obus torpille qui rendit obsolète ce genre de fort. Mais son désarmement total se fera le 17 juillet 1912. En août 1914 on y réinstallera en urgence des canons de 90. Il fait office de prison jusqu'en 1918. Les allemands font sauter le magasin à poudre lors de leur retraite de 1918.

Il résiste à l'invasion allemande lors de la Bataille de l'Escaut du 20 au 26 mai 1940. Sa structure dû subir l'assaut d'obus de 305 mm et les allemands y font des essais sur le blindage. Le site devient ensuite la propriété d'une société amandinoise de carrelage qui déverse dans ses fossés tous ses déchets de carrelages et de peintures. Au vu de l'état des bâtiments et de la pollution la municipalité de Maulde a interdit l'accès au site. Le fort ne sera jamais classé monument historique.

Fiche technique du fort

  • Création : de 1881 à 1884.
  • Couvrement : voûte en berceau.
  • Position : sur le Mont de Ligne à 40 mètres d'altitude, à 1200 mètres de la confluence Scarpe-Escaut et à 3200 mètres du fort de Flines-lès-Mortagne.
  • Front de tête : à 900 mètres de la frontière belge.
  • Forme et structure : trapézoïdal en briques de terre cuite.
  • Une courtine à la gorge.
  • Un aileron au saillant 2 et une caponnière double au saillant 3 qui protégeait les fossés.
  • Onze travées au fond de la courtine.
  • Une cour.
  • Un magasin à poudre de 30 000 kg.
  • Des magasins d'artillerie.
  • Un atelier de chargement.

Fiche technique du môle fortifié de la ligne Maginot

Satellite du fort casemate pour canon de 155 mm GPF

En 1932 une décision ministérielle définit les missions du môle de Condé-sur-l'Escaut comme prolongement défensif de la rive gauche de l'Escaut à partir de la forêt de Raismes, il prendra appuis sur le fort de Maulde. Le môle fortifié est créé en 1935. De 1936 à 1937 trois casemates d'artillerie sont construites sur le site du fort, plusieurs casemates sont construites dans les champs aux alentours dont la casemate du Mont de Justice et le seul exemplaire de casemate STG pour canon de 155 mm GPF ( Grande Puissance Filloux ) sur toute la ligne Maginot. Le tout faisant partie du Secteur Fortifié de l'Escaut.

Personnel lors de la Seconde Guerre Mondiale

431 hommes du 54ème RIF (Régiment d'Infanterie de Forteresse) composé de trois compagnies : 106, 107 et 108 ème Compagnie d'Équipage d'Ouvrage (CEO) et des artilleurs du 106 ème Régiment d'Artillerie de Douai commandé par le colonel Decluse. L'ensemble du personnel abandonnera le fort sur ordre à l'issue de la Bataille de l'Escaut .

Sources

1914-1918 1939-1945