Jehan Froissart : Différence entre versions

De HP@2
Aller à : navigation, rechercher
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{ImageDroite|fichier=Valenciennes-Froissart_Philippa.jpg|desc=Jean Froissart remettant ses Chroniques à [[Philippa de Hainaut]]. Stèle devant l'[[église Saint-Géry]]}}
+
{{ImageGauche|fichier=Valenciennes-Froissart_Philippa.jpg|desc=Jean Froissart remettant ses Chroniques à [[Philippa de Hainaut]]. Stèle devant l'[[église Saint-Géry]]}}
{{ImageGauche|fichier=Valenciennes-Original-Jean_Froissart.jpg|desc=Original de la statue Jean Froissart}}
 
{{ImageGauche|fichier=MO-Monument_Jean_Froissart.jpg|desc=Monument Jehan Froissart.}}
 
  
 
né à Valenciennes qui faisait alors partie du Hainaut, en 1337 (?) ; son père Thomas Froissart était peintre en armoiries, et il destina son fils à l'église en lui donnant une éducation convenable pour l'époque où il vivait.  
 
né à Valenciennes qui faisait alors partie du Hainaut, en 1337 (?) ; son père Thomas Froissart était peintre en armoiries, et il destina son fils à l'église en lui donnant une éducation convenable pour l'époque où il vivait.  
Ligne 13 : Ligne 11 :
 
Froissart a aussi laissé des poésies nombreuses parmi lesquelles on cite un poème de Melyador, ou le chevalier au soleil d'or ; mais elles sont encore manuscrites à la Bibliothèque impériale de Paris.
 
Froissart a aussi laissé des poésies nombreuses parmi lesquelles on cite un poème de Melyador, ou le chevalier au soleil d'or ; mais elles sont encore manuscrites à la Bibliothèque impériale de Paris.
  
{{ImageDroite|fichier=Affiche-Jehan_Froissart-1937.jpg|desc=Affiche du cortège Froissart de {{A|1937}}.}}
+
{{ImageGauche|fichier=Affiche-Jehan_Froissart-1937.jpg|desc=Affiche du cortège Froissart de {{A|1937}}.}}
  
= Le monument à Jean Froissart =
+
* {{hpa|Monument à Jean Froissart}}
  
Il est situé sur l'emplacement même de l'ancienne [[collégiale Saint-Géry]], première paroisse de la ville de Valenciennes, rasée sous la Révolution.
 
 
La première pierre fut posée le 12 mai {{A|1851}}, le monument terminé en 1856 et  inauguré le 21 septembre {{A|1856}}.
 
Le 23 septembre {{A|1853}}, Napoléon III et l'impératrice Eugénie sont en visite à Valenciennes. Ils contribuent alors à une souscription pour la construction du monument.
 
La statue sur le monument n'est en fait que la copie de la statue originale, en mauvaise état, entreposée dans la cour de l'École Mixte Froissart (angle de la rue du Bois et de la rue Wedière)
 
C'est [[Henri Lemaire]] qui l'inaugura en compagnie d'autres célébrités comme Prosper Mérimée, Nissart, [[Henri Wallon]], et d'autres...
 
 
<poem>
 
SI AUCUN QUIERT SAVOIR
 
QUI JE SUIS JE M'APPELLE
 
JEHAN FROISSART
 
NATIF DE LA BONNE ET FRANKE
 
VILLE DE VALENCIENNES
 
</poem>
 
 
{{LocalisationLieu
 
|latitude=50.35965
 
|longitude=3.52720
 
}}
 
 
{{Clr}}
 
  
  

Version actuelle en date du 11 septembre 2019 à 12:00

Jean Froissart remettant ses Chroniques à Philippa de Hainaut. Stèle devant l'église Saint-Géry

né à Valenciennes qui faisait alors partie du Hainaut, en 1337 (?) ; son père Thomas Froissart était peintre en armoiries, et il destina son fils à l'église en lui donnant une éducation convenable pour l'époque où il vivait.

Pourvu successivement de plusieurs dignités ecclésiastiques dont il ne remplissait pas les fonctions, chanoine de Lille, curé des Estinnes, chanoine et trésorier de Chimay, titres qu'il a portés jusqu'à la fin de sa vie.

Froissart dut aux ressources qu'ils lui procuraient, le moyen de satisfaire sa passion de connaître et de rédiger tous les faits que sa prodigieuse activité et sa mémoire non moins remarquable recueillirent pendant plus de quarante années de sa vie.

Sa chronique, qui a été éditée plusieurs fois, comprend tout ce qui s'est fait en France, en Espagne et en Angle terre depuis 1326, jusqu'en 1400.

Froissart a aussi laissé des poésies nombreuses parmi lesquelles on cite un poème de Melyador, ou le chevalier au soleil d'or ; mais elles sont encore manuscrites à la Bibliothèque impériale de Paris.

Affiche du cortège Froissart de 1937.


À proximité

Hôpital Général -- Hôtel de Ville de Valenciennes